Étienne Chantoiseau

Enseignant-chercheur en énergétique, transfert de masse et d'énergie, et bioclimatologie

Département Milieu physique, paysage, territoire (MilPPaT)

Unité pédagogique : Physique des transferts et bioclimatologie
Unité de recherche : Unité propre Environnement physique de la plante horticole (EPHor)

Parcours

Après un diplôme d’ingénieur des industries agroalimentaires (ENSIA), j’ai réalisé ma thèse en génie des procédés et de l’environnement à l’école des mines d’Albi sur les transferts couplés masse-énergie dans des milieux poreux déformables. J’ai ensuite réalisé un post-doctorat à AgroParisTech portant sur la modélisation des traitements thermiques du lait, avant d’être recruté comme maître de conférences en « énergétique et échanges de chaleur et de masse » à AGROCAMPUS OUEST sur le campus d'Angers en 2011.

Activités d'enseignement

Mes enseignements sont concernent principalement la physique des transferts et de ses applications aux contextes horticole et paysager. Cela va de la météorologie en L1 jusqu’à un projet de planification de l’irrigation en fin de L3. Les bases scientifiques données dans ce cadre sont ensuite reprises dans des enseignements du cycle master, principalement dans le cursus horticulture de l’établissement.

Enseignement de licence

• L1 : Météorologie et bioclimatologie
• L3 : Dimensionnement ouvrage et réseaux
• L3 : Thermique, énergétique et bioclimatologie (L3I et L3A)
• L3 : Projet Intégrateur de Physique Appliquée (L3I et L3A)

Enseignement M1

Culture hors-sol et sous serre et sous abri
• Ingénierie du Paysage - Photométrie et éclairage

Enseignement M2

• Environnement abiotique du système urbain (M2 IEVU)
Enfin, j’ai la co-responsabilité du parcours de M2 SIV-I2PH (Ingénierie des productions et des produits de l’horticulture). Ce M2, vise à former des ingénieurs capables d’assurer le pilotage des systèmes horticoles (fruits, légumes, plantes d’ornement), en sachant innover et les faire évoluer, depuis la production (amont) jusqu'à la commercialisation (aval). Plus particulière, je co-encadre l'un des projets fil rouge du parcours portant sur la « Durabilité des systèmes serre ».

Thèmes de recherche

Je m'intéresse aux problématiques des transferts couplés de masse et d’énergie dans le contexte de la production horticole. Ceci se décline sur 2 domaines principaux : la maîtrise du climat des serres de production et la modélisation des transferts couplés eau-énergie dans le continuum substrat-plante-atmosphère.
En plus des applications horticoles, les modèles développés sont en cours d’adaptation pour une utilisation en contexte urbain. L'enjeu est alors de concilier les économies d’eau d’irrigation avec le maintien des services écosystémiques des plantes, y compris le rafraîchissement de l’air par la transpiration des plantes.

Programmes de recherche

Programme en cours

• Nature 4 Cities (2016-20) : Projet européen H2020. Le projet vise à développer et disséminer des connaissances sur les solutions aux problématiques urbaines basées sur la nature. Ces connaissances incluront des problématiques d’entrepreneuriat, de financement et de gouvernance pour ces solutions. Les connaissances produites serviront à engager des processus de réflexion avec les parties prenantes de l’aménagement urbain, tout en facilitant l’évaluation des impacts, la valorisation et le suivi des projets basés sur la nature. L'objectif final est de fournir un outil d’évaluation des performances des solutions de renaturalisation des villes adaptée à une large gamme de défi urbain.

• Urbinat (2018-2023) : Ce projet s'attache à la régénération et à l’intégration de zone urbanisée défavorisées par l'utilisation d’un catalogue de solutions basées sur la nature, à la fois innovantes et inclusives, afin d’assurer la durabilité et de mobiliser les actions pour la cohésion sociale. Les interventions s’intéresseront aux espaces publics et à la co-construction, avec les citoyens, d’espaces nouveaux, sociaux et naturalisés dans les quartiers existants. En utilisant une approche visant le bien être physique, mental et social comme objectif principal, URBINAT vise à utiliser les « corridors santé » comme une solution innovante et flexible pour intégrer un grand nombre de solutions de renaturation issu de conception citoyenne.

Programmes terminés

• Plantinov'ser (2009-13) : Financement ADEME / Région Pays de la Loire. Ce projet visait à limiter les dépenses énergétiques des cultures sous serre en combinant matériel végétal et nouvelles stratégies climatiques. Dans ce cadre l’UP EPHor a montré l’intérêt technico économique de l’utilisation d’une pompe à chaleur pour déshumidifier l'air. L'économie d’énergie est réalisée grâce au pilotage innovant de la déshumidification, réalisé en partenariat avec l’entreprise ETT, et validé sur un prototype installé chez un producteur (Chauvin Diffusion SAS). Si le projet a donné satisfaction sur le volet qui nous concernait (horticulture ornementale) avec des gains opérationnels significatifs, l’importance des problématiques énergétiques a diminué depuis le début du projet avec la diminution des prix de l’énergie.

• Physi'Ho (2012-16) : Région Pays de la Loire. Le projet Physi’Ho (2012 - 2016) a été mis en place afin de comprendre les interactions entre les pathogènes, le climat et la physiologie des Hortensia ; et leurs influences sur la conservation des plantes en chambre froide. Ce projet est une coopération entre l’IRHS, l’UMR Bioger de l’INRA, le BHR et de gros producteurs de la région.

• Conser (2014-16) : Région Pays de la Loire. Toujours dans le contexte horticole, le projet CONSER est l'occasion d’approfondir l’étude de la réponse des végétaux au climat sous serre, en relation avec des partenaires dans l’interprofessionnelle. Avec pour objectifs (i) l’amélioration de l’efficience énergétique des cultures de concombre hors-sol sous serre et (ii) de réduire l’impact de Didymella Bryoniae (un champignon pathogène). Pour cela, le projet se propose d'établir un référentiel physiologique du concombre afin de déterminer un pilotage optimal du climat dans les serres de production.

• Projet OBAUC (2016-17) : Régions Pays de la Loire. Le but du projet est de caractériser les interactions dans l’environnement de la plante, pour comprendre et prédire leur développement en contexte urbain. Plus spécifiquement, on s’intéressera aux effets combinés de la compaction du sol, de la restriction des apports d’eau et de l’ombrage sur la transpiration des plantes, la biomasse ainsi que sur l’architecture (aérienne comme souterraine).

Productions

Mes productions sur HAL

Mes productions sur ResearchGate